Une équipe de scientifiques et de dermatologues de l’Université de Stanford a mis au point une intelligence artificielle (IA) capable d’identifier plusieurs types de cancers de la peau. Les premiers tests ont même démontré que cette dernière était plus performante que des professionnels de santé.

Une base de données de 130 000 images

Pour concevoir cette IA, l’équipe s’est appuyée sur une intelligence artificielle de Google spécialisée dans l’ajout automatique de légende à base d’analyse du contenu de l’image. Elle a ensuite constitué un ensemble de données sur le cancer de la peau composé de 130 000 images en provenance d’Internet et organisé en collaboration avec la faculté de médecine du campus, afin de pouvoir exploiter les données en vue de tester l’algorithme. L’IA a ainsi analysé et appris près de 2 032 maladies de la peau différentes, avec leurs ressemblances et leurs distinctions.

Ensuite est venu le temps de mettre l’IA à l’épreuve avec un test de reconnaissance face à une équipe de 21 dermatologues. Ces derniers ont correctement identifié des tumeurs malignes dans 95% des cas et les tâches bénignes 76% du temps. Un résultat déjà impressionnant, qui a été dépassé par l’IA, qui a identifié 96% des cancers présents et 90% des lésions cutanées sans danger.

Nature cancer de la peau

Exemple de comparaison entre lésions bénignes et tumeurs malignes Crédits : Nature Communications

Un projet d’application mobile

Après ces débuts prometteurs, les scientifiques espèrent développer une application destinée aux smartphones, afin de rendre le traitement accessible au plus grand nombre, aussi bien en termes de rapidité que de coût. Des tests supplémentaires en clinique sont néanmoins nécessaires avant toute mise à disposition du public. Le but de l’application n’est pas de remplacer le travail des professionnels de santé, mais de faciliter le diagnostic et donc la prise en charge du patient.

Le cancer de la peau est est le type de cancer qui connaît la plus forte hausse depuis 1980 en France, avec 80 000 cas signalés en 2012. Le nombre de mélanomes diagnostiqués a quant à lui triplé entre 1980 et 2011, avec près de 9 780 nouveaux cas. On peut aisément comprendre l’attrait que constitue un outil de diagnostic comme celui présenté par l’équipe de Stanford.

Une IA identifie les cancers de la peauhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/01/dermatologie-diagnostic-1024x683.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/01/dermatologie-diagnostic-e1485767512336-300x300.jpgMarionNouvelles TeKnologiescancer de la peau,Intelligence artificielle,Université de Stanford
Une équipe de scientifiques et de dermatologues de l'Université de Stanford a mis au point une intelligence artificielle (IA) capable d'identifier plusieurs types de cancers de la peau. Les premiers tests ont même démontré que cette dernière était plus performante que des professionnels de santé. Une base de données de 130...