La diffusion dimanche dernier d’une publicité pour Google Home lors du Super Bowl a déclenché les assistants vocaux dans plusieurs maisons américaines. L’affaire remet en question la sécurité de ces appareils censés nous faciliter la vie, mais qui font parfois preuve d’un peu trop de zèle.

Le Super Bowl est un événement incontournable pour les géants du high-tech : près de 112 millions d’américains étaient devant leur écran pour assister au match opposant les New Patriots de New England aux Falcons d’Atlanta. Google a donc profité de cette opportunité pour diffuser une publicité vantant les mérites de son assistant vocal Google Home. Un spot de cinq millions de dollars pour une minute, qui a semé une petite zizanie dans les foyers américains déjà équipés d’un Google Home. Celui-ci a en effet répondu aux commandes prononcées dans la publicité s’il était assez près de la télévision pour les entendre.

« Allume la lumière », « Mets de la musique » ou encore « Dis-moi le temps qu’il fait », voici ce que les appareils ont pu exécuter en entendant la formule « OK Google » qui permet de s’adresser à l’assistant virtuel. Pour la petite anecdote, cela fonctionne également si vous possédez un appareil Android (et donc géré par Google). L’affaire, qui suscite l’amusement ou la peur selon que vous ayez trop regardé Terminator ou non, n’a pas encore été commentée par le géant du web. Il faudra attendre quelques mois pour savoir si cela a eu un effet plutôt positif sur les ventes de Google Home, ou si cela a refroidi les acheteurs potentiels.

Les cas se multiplient

Cette affaire remet en lumière la question de la sécurité des objets connectés que nous évoquions comme enjeu technologique pour l’année 2017 dans notre numéro de décembre de K-Actus. Le mois dernier, une petite fille a demandé à l’assistant vocal d’Amazon Alexa de lui commander une maison de poupée et une boîte de cookies. Ses parents ont eu la désagréable surprise de voir le colis arriver deux jours plus tard sur le pas de leur porte, et leur compte délesté de 160€.

Amazon Echo

Lors de la diffusion d’un reportage concernant cette mésaventure, les assistants Alexa se sont également enclenchés en entendant les journalistes reprendre la phrase de la petite fille : « Alexa, commande-moi une maison de poupée ». Les boîtiers Echo ont alors enregistré la demande et passé commande, au détriment des utilisateurs mécontents. Amazon a assuré qu’elle rembourserait les clients victimes de cette erreur de jugement virtuelle.

Ce qui est en cause ici, c’est la facilité avec laquelle l’assistant peut passer commande sans que l’utilisateur n’ait forcément donné son accord, notamment en reliant directement Alexa à un compte Amazon (et donc à une carte bancaire), mais aussi en autorisant l’achat en un-clic sans avoir à renseigner de code pour valider une commande. Ce qui devait être à la base une façon simple et rapide de faire des achats peut alors se retourner contre l’utilisateur, si les constructeurs n’ont pas prévu de mesure de sécurité pour pallier à un éventuel piratage.

Le risque du piratage

Les affaires de piratages d’objets connectés ont rappelé aux constructeurs de ces appareils la nécessité de renforcer la sécurité autour de ces appareils, afin de les protéger d’une utilisation malveillante. Que se passera-t-il si un hacker parvient à ordonner à Alexa ou Google Home de déverrouiller les portes en votre absence ?

Google Home

Les constructeurs, conscients des enjeux que pose la sécurisation de leurs produits, ont annoncé différentes mesures. Amazon propose d’ajouter un mot de passe pour valider une action avec son assistant vocal, tandis qu’Apple a fait en sorte que Siri ne se déclenche que lorsqu’il reconnaît la voix de son utilisateur. Plus globalement, les fabricants ont annoncé la mise en place de filtres permettant de différencier les sons humains de ceux issus d’une télévision ou d’un ordinateur, pour ne plus avoir peur de regarder les publicités avec son assistant vocal à proximité !

L'assistant vocal était presque parfaithttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/02/assistant-vocal-e1486542268755.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/02/assistant-vocal-300x300.jpgMarionNouvelles TeKnologiesAmazon Alexa,assistant vocal,Google Home,objets connectés
La diffusion dimanche dernier d'une publicité pour Google Home lors du Super Bowl a déclenché les assistants vocaux dans plusieurs maisons américaines. L'affaire remet en question la sécurité de ces appareils censés nous faciliter la vie, mais qui font parfois preuve d'un peu trop de zèle. Le Super Bowl est...