Le constructeur des briques les plus célèbres du monde va commercialiser une gamme mettant à l’honneur des femmes pionnières dans l’histoire de l’agence spatiale américaine.

Une initiative qui n’est pas inédite

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise danoise consacre une de ses collections à des femmes scientifiques. En 2014, elle avait déjà commercialisé une gamme LEGO IDEAS nommée L’institut de recherches dans laquelle on retrouvait une paléontologiste, une astronome et une chimiste. Le kit a connu un tel succès qu’il s’est rapidement retrouvé en rupture de stock au moment de sa mise en vente !

LEGO IDEAS Institut de recherches

Face à un tel succès, la société avait annoncé vouloir inclure plus de personnages féminins exerçant des métiers éloignés des gammes plus classiques destinées aux petites filles, où les figurines passent leur journée à se promener ou à faire les courses. Il aura néanmoins fallu attendre qu’une journaliste de MIT News, Maia Weinstock, soumette sa demande à LEGO et que celle-ci obtienne les 10 000 soutiens nécessaires pour être examinée par le constructeur.

Les  femmes mises à l’honneur

La gamme présentera cinq femmes qui ont exercé une influence importante sur la NASA et l’évolution de la conquête spatiale.

Sally RideSally Ride est la première femme américaine à être allée dans l’espace, en 1983. De formation scientifique, elle possédait un Master et un Doctorat en physique, qu’elle a mis à profit au cours de ses deux missions Challenger en tant que spécialiste de mission. Elle participe alors au déploiement de satellites de télécommunications et d’observation de la Terre. Elle quitte la NASA en 1987 et intègre le Centre pour la sécurité internationale et le contrôle des armes, ainsi que plusieurs commissions par la suite. C’était également une joueuse de tennis classée au niveau national ! Elle est décédée en 2012 à l’âge de 61 ans, dix-sept mois après qu’on lui ait diagnostiqué un cancer du pancréas.

Mae JemisonMae Jemison fut la première afro-américaine à s’être rendue dans l’espace. Diplômée en génie chimique et en études africaines et afro-américaines, elle possède également un diplôme de docteur en médecine ! Elle a ainsi exercé la médecine dans les Peace Corps de 1983 à 1985. Elle intègre la NASA en 1987, où elle vérifie les logiciels de la navette au centre spatial Kennedy en Floride, avant de partir en mission du 12 au 20 septembre 1992. Elle quitte la NASA en 1993 pour fonder sa propre entreprise en faveur du développement de la science et la technologie dans la vie quotidienne, ainsi qu’une fondation pour l’excellence avec un camp scientifique pour étudiants.

Margaret HamiltonMargaret Hamilton est une mathématicienne et informaticienne à l’origine des systèmes de navigation des missions Apollo dans les années 1960 et 1970. Étudiante au MIT, elle a participé à la conception de programmes informatiques de prévision météo et de détection d’avion, avant d’intégrer le laboratoire Draper pour les missions du programme Apollo. Elle est entre autres à l’origine des techniques de détection d’erreur, des systèmes d’interface homme-machine ou encore les systèmes d’exploitation. Elle a conjugué sa carrière et sa vie de famille en parallèle, à une époque où peu de femmes avaient un poste de responsabilité technique, ce qui a permis d’ouvrir le domaine de l’informatique à d’autres femmes.

Nancy RomanNancy Grace Roman est une astronome surnommée « la mère d’Hubble » pour le rôle qu’elle a joué dans le développement du télescope. Détentrice d’une licence en Arts, elle obtient un doctorat en astronomie en 1949 et travaille à l’observatoire Yerkes de l’Université de Chicago, avant de candidater à la NASA pour diriger le département d’astronomie et créer un programme d’astronomie spatiale. Au cours de sa carrière, elle occupe des postes de direction, faisant d’elle la première femme cadre au sein de l’agence spatiale. Elle coordonne également plusieurs programmes d’observation depuis l’espace, qui la mènera à son dernier projet portant sur le télescope spatial Hubble. Elle travaille 21 ans pour la NASA, au cours desquelles elle a persévéré malgré l’avis de son entourage, qui la décourageait de poursuivre une carrière en astronomie.

Katherine JohnsonKatherine Johnson estune mathématicienne qui a calculé les trajectoires d’Apollo 11 jusqu’à la Lune et qui est mise à l’honneur dans le film Les Figures de l’Ombre qui sort le 8 mars prochain ! Elle obtient son baccalauréat à l’âge de 14 ans et son diplôme de français et de mathématiques avec les félicitations du jury à 18 ans. Elle intègre ce qui deviendra la NASA en 1953, au sein du département de navigation astronomique et dans un groupe exclusivement féminin affecté aux calculs mathématiques. Elle est ensuite mobilisée au sein d’une équipe masculine sur les vols pour apporter son aide, tout d’abord de façon temporaire avant de s’imposer comme un élément indispensable. Malgré les barrières du genre et de la race fortement présentes à l’époque, elle réussit à s’affirmer et à participer aux réunions, là où aucune femme n’avait été admise jusqu’à présent.

Des LEGO dans l’espace !

Dans son communiqué officiel, LEGO présente la gamme à la fois comme une « source d’inspiration », mais souligne également son « potentiel ludique ». La mise en vente est prévue « d’ici 2018 ».

La NASA et LEGO collaborent régulièrement afin de développer l’intérêt des enfants pour les sciences et les technologies. Une petite anecdote pour briller en société et conclure cet article ? Sachez que trois figurines ont embarqué à bord de la sonde Juno, qui gravite actuellement autour de Jupiter !

Appréciez-vous cette initiative ? Ou vous êtes plutôt team Playmobil ? Dites-nous tout en commentaire !

Des LEGO à l'effigie de femmes de la NASAhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/03/lego-nasa-women.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/03/lego-nasa-women-300x300.jpgMarionAKtualitésfemmes,Katherine Johnson,LEGO,Mae Jemison,Margaret Hamilton,Nancy Roman,NASA,Sally Ride
Le constructeur des briques les plus célèbres du monde va commercialiser une gamme mettant à l'honneur des femmes pionnières dans l'histoire de l'agence spatiale américaine. Une initiative qui n'est pas inédite Ce n'est pas la première fois que l'entreprise danoise consacre une de ses collections à des femmes scientifiques. En 2014,...