DBV Technologies, une société française spécialisée dans le traitement des allergies alimentaires, a annoncé travailler sur un patch permettant de désensibiliser à l’arachide.

La firme a conçu un timbre épidermique nommé Viaskin qui permet de réduire de 98% le risque de choc allergique exacerbé, qui peut s’avérer fatal s’il n’est pas traité rapidement. Ces résultats ont été obtenus dans le cadre d’un essai clinique mené pendant plus de deux ans auprès de 171 enfants de 4 à 11 ans. Suite à ce test, un suivi de plusieurs mois a permis de vérifier l’efficacité du patch sur le long terme sur un groupe réduit de 28 participants.

Patch Viaskin

Un énorme potentiel médical (et commercial)

2% des enfants américains sont atteints d’allergie à la cacahuète, cette dernière étant la plus fréquente aux États-Unis. Par ailleurs, le nombre de cas a augmenté de 50% depuis la fin des années 1990 selon le CDC (Centre de contrôle et de prévention des maladies). Proportionnellement, en France, seulement 0,3 à 0,75% de la population est touchée. Ainsi, on estime entre 6% et 8% de la population d’Europe et des États-Unis serait atteinte d’une allergie alimentaire. On comprend donc l’enjeu sanitaire que peut constituer un tel traitement !

DBV Technologies

Les résultats encourageants de Viaskin permettront donc de mettre en place des traitements similaires pour d’autres allergènes plus fréquents, comme l’œuf ou le lait. « Il s’agit du premier patch de désensibilisation et de guérison à une allergie alimentaire » pour Pierre-Henri Benhamou, le cofondateur et PDG de DBV Technologies. Il s’agit donc d’une percée médicale majeure pour les patients atteints d’allergie alimentaire, pour qui il n’existait aucun traitement auparavant. Le patch a été reconnu comme percée thérapeutique majeure par la FDA, l’agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques. Cela lui permet d’accélérer la mise sur le marché du produit, qui pourrait être autorisée dès 2018, avec un marché estimé à un milliard et demi de dollars.

Un traitement par la peau

Viaskin repose sur un traitement d’immunothérapie épicutanée : il s’agit d’appliquer un patch qui, au contact de la peau, délivre un antigène récolté par les cellules immunologiques de la peau situées sous l’épiderme. Ce processus a l’avantage de présenter de meilleurs résultats que l’immunothérapie orale, qui constituait également un danger de choc anaphylactique en cas de surdosage. En appliquant un nouveau patch tous les jours (et que l’on garde en permanence), le corps produit des cellules régulatrices qui permettent de tolérer la présence d’un allergène dans l’organisme.

Patch Viaskin peau

Le but n’est pas de désensibiliser complètement le patient, mais de réduire le risque de choc anaphylactique sévère en cas d’ingestion accidentelle dans un plat ou une sauce par exemple.  «83,3% des participants ont pu décupler la quantité d’arachide qu’ils pouvaient consommer» selon les résultats des premières phases de tests, réduisant ainsi le risque de choc allergique exacerbé sévère de 98% ! Une dernière étape avant la mise en vente du patch : un essai clinique de phase III sur 420 enfants de 4 à 11 ans. Les résultats seront connus à l’automne et détermineront l’avenir du patch.

DBV Technologies travaille en simultané sur des patchs destinés aux allergies au lactose et à l’œuf. Le premier va entamer la phase III de ses essais cliniques, tandis que le second n’en est encore qu’aux essais pré-cliniques.

Un patch contre les allergies alimentaireshttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/03/allergie-alimentaire.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/03/allergie-alimentaire-300x300.jpgMarionAKtualitésNouvelles TeKnologiesallergie alimentaire,arachide,lait,oeuf,patch
DBV Technologies, une société française spécialisée dans le traitement des allergies alimentaires, a annoncé travailler sur un patch permettant de désensibiliser à l'arachide. La firme a conçu un timbre épidermique nommé Viaskin qui permet de réduire de 98% le risque de choc allergique exacerbé, qui peut s'avérer fatal s'il n'est...