Ooho révolutionne la façon de transporter et de consommer de l’eau, en proposant des petites bulles fabriquées à base d’algues brunes.

Un projet de longue date

Le concept est loin d’être une nouveauté, puisque le projet était évoqué dans la presse dès 2014. À l’époque, il n’en était qu’au prototype sous la forme d’une bulle gélatineuse et biodégradable d’une contenance de 4 cl, soit l’équivalent d’une gorgée. La bulle peut alors être consommée de deux façons : en la perçant pour en aspirer le contenu, ou bien en gobant la capsule dans son intégralité.

Derrière ce produit se cache la startup Skipping Rocks Lab, fondée par trois étudiants du Royal College of Art, une université spécialisée en art et design. Parmi ses trois fondateurs figurent deux Français : Pierre Paslier et Guillaume Couche. Ils se sont inspirés d’un vieux brevet déposé par le groupe agroalimentaire Unilever dans les années 1960 qui reposait sur un contenant à base de gélatine, de calcium et d’algues brunes.

Objectif zéro déchet

L’intérêt d’un tel projet est bien évidemment de remplacer les bouteilles plastiques (recyclables mais que l’on retrouve régulièrement jetées dans les océans) par un emballage comestible et biodégradable. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette solution coûte moins cher à produire qu’une bouteille en plastique et peut être adaptée à tout type de boissons. Elle peut même transporter des cosmétiques, une industrie qui produit elle aussi une quantité importante de déchets une fois utilisée.

Experience #Ooho #edible #packaging

Une publication partagée par Ooho! (@oohowater) le

L’idée des trois créateurs de Skipping Rocks Lab a rencontré un franc succès qui lui a permis de remporter plusieurs prix et d’intégrer un incubateur dédié aux technologies vertes. La startup compte bien passer au niveau supérieur : après avoir passé six mois à faire tester ses capsules à des passants, elle a lancé une campagne de financement participatif afin d’investir dans des machines de production plus intensive. L’entreprise a déjà dépassé son objectif, puisqu’elle a récolté à ce jour plus de 800 000£ sur les 400 000 de l’objectif initial. Il reste encore 24 jours avant la clôture de la campagne : si vous souhaitez les aider à développer leur projet, rendez-vous sur la page dédiée sur CrowdCube !

Une production mondiale en préparation

Des pourparlers sont en cours pour distribuer Ooho en dehors du Royaume-Uni dès 2018, et vise des événements d’ordre mondial comme le marathon de Londres ou le festival de musique de Glastonbury. Ce dernier a accueilli en 2016 plus de 135 000 personne en 3 jours : l’enjeu est donc d’alimenter la masse des visiteurs en eau tout en réduisant le gaspillage d’eau potable et la quantité de déchets produits. Quant au marathon de Londres, il accueille près de 30 000 coureurs à ravitailler en eau à des points réguliers du parcours. Skipping Rocks Lab a donc beaucoup de chemin à parcourir avant que les emballages de liquides ne soient tous remplacés par des versions biodégradables.

Staff Ooho

D’autres entreprises travaillent actuellement sur ce projet, comme Danone et Nestlé, en partenariat avec la startup californienne Origin Materials qui utilise les fibres de cellulose extraites des cartons usagés ou encore des copeaux de bois pour fabriquer des bouteilles en plastique. Comme pour leurs confrères britanniques, l’objectif est de commercialiser des bouteilles issues à 100% de matières végétales à partir de 2018.

Nous sommes assez curieux de pouvoir tester ce type d’emballage un jour ! Partagez-vous notre sentiment ? Dites-nous tout en commentaire.

Ooho, la bouteille d'eau sans plastiquehttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/04/ooho-prototype.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/04/ooho-prototype-300x300.jpgMarionÉKologieécologie,emballage biodégradable,emballage comestible,ooho
Ooho révolutionne la façon de transporter et de consommer de l'eau, en proposant des petites bulles fabriquées à base d'algues brunes. Un projet de longue date Le concept est loin d'être une nouveauté, puisque le projet était évoqué dans la presse dès 2014. À l'époque, il n'en était qu'au prototype sous...