Le Failure Museum va ouvrir ses portes en juin prochain en Suède, et célèbre les plus grands échecs commerciaux de l’Histoire des grandes compagnies.

Une idée pas si saugrenue

À l’origine de ce projet au premier abord farfelu se cache Samuel West, un psychologue américain. Le but de ce musée est d’inciter les visiteurs à parler de leurs échecs, et ainsi à s’améliorer. Comme le mentionne le site du musée, « L’apprentissage est le seul moyen de transformer l’échec en succès » : le psychologue souhaite ainsi lever le tabou inhérent à l’échec et entraîner une libération de la parole à son sujet. Il espère que cela aidera à en tirer des leçons qui seront réutilisées et peut-être même à l’origine d’un prochain succès.

Palmarès des plus beaux échecs

En exposant une soixantaine de produits commerciaux connus pour leur échec retentissant, il cherche à prouver que même les grands groupes internationaux comme Apple, Coca-Cola ou même Google peuvent se tromper. Voici un aperçu des produits qui seront exposés à Helsinborg à partir du 7 juin prochain.

Coca-Cola Blak

Coca Cola Blak

En 2006, le géant des sodas étend sa gamme avec une boisson au goût de café afin de contrer l’arrivée du Pepsi Max Cappucino. La France bénéficie d’une sortie en avant-première mondiale en janvier. La boisson est d’abord disponible uniquement dans les bars et cafés, puis arrive en grande distribution un mois plus tard.

Le but du Coca-Cola Blak était de cibler les jeunes actifs, afin de leur donner « un coup de pouce rafraîchissant et revigorant au cours d’une journée de travail ». Mais la boisson ne connaîtra jamais le succès de ses grandes sœurs et sa production sera stoppée trois ans plus tard. On estime qu’elle représentait moins d’1% du marché des boissons pétillantes.

Les lasagnes Colgate

Lasagnes Colgate

La marque de dentifrice s’est lancée un défi plutôt étrange dans les années 1980 : produire et vendre des plats surgelés. Le but ? Inciter les gens à manger des plats de la marque, qui leur rappellera inconsciemment d’aller se brosser les dents avec (évidemment) un dentifrice Colgate ! La démarche n’a pas vraiment eu le succès escompté, à tel point que Colgate a refusé de voir son produit exposé au musée. Samuel West a dont produit une réplique du packaging original pour contourner cette interdiction.

La N-Gage

N-Gage

À mi-chemin entre le téléphone portable et la console de jeu, ce produit de Nokia était extrêmement novateur pour son époque en ce qu’il ressemble en de nombreux points à nos smartphones actuels (téléchargement de jeux et logiciels sur une boutique en ligne, nouvelles fonctionnalités comme un navigateur web ou un GPS). Malheureusement, le catalogue de jeux proposés (seulement une soixantaine) et la manipulation peu pratique de l’appareil en mode téléphone ont joué en sa défaveur. Il s’est écoulé seulement 2 millions d’exemplaires de la N-Gage dans le monde, entre octobre 2003 et novembre 2005.

Les Google Glass

Google Glass

Il s’agit d’un des échecs commerciaux les plus récents. Cette paire de lunettes basée sur la réalité augmentée était présentée comme une véritable innovation technologique, avec des applications diverses comme dans le domaine médical. L’utilisateur pouvait ainsi avoir accès à une foule d’informations relatives à son environnement et aux fonctions classiques de Google, comme Agenda, Maps ou encore la réception et l’envoi de messages. Pour cela, les lunettes étaient équipées d’une caméra intégrée, d’un micro, d’un pavé tactile sur une des branches, de mini-écrans et d’un accès à Internet en Wi-Fi et Bluetooth.

Malgré toutes les précautions prises par le géant du web pour faire entrer son produit dans les usages, le public restera de marbre, les faits divers liés à l’utilisation des Google Glass n’ayant pas aidé. Leur prix élevé a également été un facteur dissuasif, à raison d’un tarif de vente des premiers prototypes à près de 1 500$. La production est stoppée en janvier 2015, après plusieurs mois d’échec retentissant. Google travaillerait sur un modèle destiné aux entreprises et dédié à un usage exclusivement professionnel. L’avenir nous dira si cette réorientation portera ses fruits.

D’autres produits sont encore à découvrir dans le musée ; rassurez-vous, l’exposition est disponible en suédois et en anglais. Si vous avez prévu de voyager en Suède dans les prochains mois, pourquoi ne pas vous rendre sur place ? Qui sait, cette visite pourrait vous aider à tirer des leçons de vos erreurs passées et vous donner l’idée à l’origine de votre prochain succès !

Êtes-vous intéressé(e) par ce musée ? Dites-nous tout en commentaire !

Un musée consacré aux échecs commerciauxhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/05/failure-museum.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2017/05/failure-museum-300x300.jpgMarionDéKaléCoca Cola Blak,échec commercial,Google Glass,Lasagnes Colgate,Museum of Failure
Le Failure Museum va ouvrir ses portes en juin prochain en Suède, et célèbre les plus grands échecs commerciaux de l'Histoire des grandes compagnies. Une idée pas si saugrenue À l'origine de ce projet au premier abord farfelu se cache Samuel West, un psychologue américain. Le but de ce musée est...