Le projet Sanctuary a pour objectif d’envoyer sur la Lune une capsule temporelle contenant des données scientifiques et artistiques propres à l’espèce humaine.

Une date anniversaire

Lancé à l’occasion du 50e anniversaire du premier pas de l’Homme sur la Lune qui aura lieu en 2019, le projet consiste à envoyer une sonde sur le site de la dernière mission d’Apollo nommée Apollo 17. Celle-ci avait pour but d’étudier la vallée Taurus-Littrow, une région de hauts plateaux conservant des traces d’activité volcanique récente et qui devait aider la NASA à en savoir sur la composition géologique de notre satellite naturel. La fusée décolle du Centre Spatial Kennedy le 7 décembre 1972 et se pose sur le site d’alunissage quatre jours plus tard. Il s’agit de la première mission spatiale de la NASA à laquelle est convié un scientifique, le géologue Harrison H. Schmitt, afin de collecter des roches lunaires et d’étudier le terrain. Il est accompagné du pilote Ronald Evans et du commandant Eugene Cernan. La mission collecte ainsi 110 kg de roches lunaires au cours des trois sorties extra-véhiculaires d’une durée totale de 22 heures et 4 minutes. Le groupe rentre sans encombre sur Terre le 19 décembre où le vaisseau amerrit dans l’Océan Pacifique.

Un précieux contenu

C’est donc sur le site de Taurus-Littrow qu’alunira la sonde du projet Sanctuary. À son bord, une capsule temporelle d’un poids de 800g transportera une dizaine de disques de saphir industriels gravés avec une résolution de l’ordre du micron. Cette résolution permet de représenter visuellement des connaissances humaines très complexes, comme le génome humain ou l’arbre phylogénétique du vivant. Il s’agit d’une représentation schématique des liens de parenté entre plusieurs groupes d’êtres vivants pour revenir à l’ancêtre commun à toutes les espèces qui figure au centre. Cela peut s’appliquer à toute espèce vivante, qu’elle soit animale ou végétale : on peut ainsi retrouver des arbres recensant les liens de parenté entre les races de chiens ou encore les bactéries.

Les personnes qui le souhaitent peuvent également joindre une note manuscrite, un dessin d’enfant ou même un selfie ! Le tout sera gravé sur un des disques de saphir et ne doit pas dépasser la taille d’un carré de 500 pixels. « Des dessins d’enfants, des inscriptions manuscrites dans n’importe quelle langue et alphabets, mais aussi de 5 à 10.000 selfies » selon Jean-Paul Uzan, cosmologiste interrogé par Sciences et Avenir. Il ajoute également : « Lidée est de se mettre à la place des archéologues du futur, même si chacun peut voir ce qu’il y souhaite : au final, interroger l’altérité revient à se demander ce qui fait l’identité de l’humanité. Mais l’idée n’est pas d’envoyer une encyclopédie sur la Lune, mais une oeuvre collective ».

Pour envoyer votre selfie au projet Sanctuary, rendez-vous sur ce lien ! Ferez-vous partie des chanceux qui verront leur contribution envoyée sur la Lune en tant que témoin de l’Humanité ?

Envoyez votre souvenir sur la Lune avec le projet Sanctuaryhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/04/project-sanctuary.pnghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/04/project-sanctuary-300x300.pngMarionAKtualitésLune,Projet Sanctuary,Sanctuary,Sanctuary Project,selfie
Le projet Sanctuary a pour objectif d'envoyer sur la Lune une capsule temporelle contenant des données scientifiques et artistiques propres à l'espèce humaine. Une date anniversaire Lancé à l'occasion du 50e anniversaire du premier pas de l'Homme sur la Lune qui aura lieu en 2019, le projet consiste à envoyer une...