Ce jeu parodique édité sur Super Nintendo souhaite sensibiliser à la question des conditions de travail dans le jeu vidéo dans un climat social tendu.

La fin du silence ?

Quelques semaines après la grève qui a touché le studio français Eugen Systems (une première dans le secteur depuis 2011) et les conditions de travail soulevées par les rédactions du Monde, de Canard PC et de Mediapart chez Quantic Dream, la question du travail de ces salariés devient de plus en plus pertinente. Devolver Digital, un studio américain de jeux indépendants derrière les licences Serious Sam, Hotline Miami ou plus récemment Reigns et Absolver, a décidé de sensibiliser à ces problématiques de manière originale et ludique.

Fork Parker’s Crunch Out est un jeu de gestion disponible en cartouche uniquement sur la version américaine de la Super Nintendo. Vous y incarnez Fork Parker, un patron d’un studio de jeux vidéo avide de profits toujours plus importants ! Pour y parvenir, il n’hésite pas à utiliser des stratégies de management discutables telles que des heures supplémentaires obligatoires ou des défibrillateurs d’urgence afin de ranimer son personnel décédé et donc de respecter les délais imposés ! La rentabilité n’aura plus de secret pour vous !

Un projet caritatif

Les bénéfices du jeu seront reversés à l’association Take This qui oeuvre à la sensibilisation de souffrance psychologique. Elle avait déjà publié en 2016 un livre blanc sur les souffrances liées au « crunch ». Ce terme définit une période de surcharge de travail due à la finalisation d’un jeu vidéo avec de nombreuses heures supplémentaires à la clé ainsi qu’une forte pression de la part de la hiérarchie.

Un studio engagé

Le titre est diffusé à 1000 exemplaires uniquement sur le site de Megacat Studio qui s’est chargé de la sous-traitance. Les précommandes sont d’ores et déjà ouvertes à 49,99$ pour une sortie attendue à l’automne de cette année. Loin d’être une opération commerciale rondement menée, cette annonce tient plutôt d’une campagne de communication de la part de Devolver, qui entretient une réputation à contre-courant des productions des gros studios avec un discours engagé en faveur de la syndicalisation du domaine (et de la fin du silence sur les conditions de travail parfois exécrables des travailleurs) ou bien sur la problématique du traitement des femmes dans un secteur encore très masculin et sexiste.

Le cofondateur Mike Wilson a par ailleurs déclaré au sujet du crunch en avril dernier :

« Ce “crunch” qui brise les gens dans les grands studios, ce n’est pas nouveau. C’est juste un secret honteux que l’industrie n’a jamais réussi à résoudre en vingt ans, ce qui est assez scandaleux quand on voit l’argent qu’elle génère. Nous n’en parlons pas, et… puisqu’il n’y a pas de syndicat de développeurs de jeu, les représentants de l’industrie ne veulent pas énerver les éditeurs, qui sont souvent leurs plus grands sponsors. »

Si le psujet vous intéresse, je vous invite à consulter l’enquête du Monde, de Mediapart et Canard PC sur les conditions de travail dans le jeu vidéo français pour en savoir plus ! Cette initiative vous a-t-elle sensibilisé aux problématiques liée aux travailleuses et travailleurs du jeu vidéo ? Dites-nous tout dans les commentaires !

"Crunch Out" vous plonge dans la peau d'un développeurhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/05/crunch-out-devolver.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/05/crunch-out-devolver-300x300.jpgMarionJoystiKconditions de travail,développeurs,Devolver,Fork Parker's Crunch Out,jeu vidéo,syndicat
Ce jeu parodique édité sur Super Nintendo souhaite sensibiliser à la question des conditions de travail dans le jeu vidéo dans un climat social tendu. La fin du silence ? Quelques semaines après la grève qui a touché le studio français Eugen Systems (une première dans le secteur depuis 2011) et...