L’agence spatiale américaine a mis en place un nouveau programme de découverte des exoplanètes pour succéder à Kepler dans l’exploration de l’espace.

Kepler à la retraite

TESS est l’acronyme de Transiting Exoplanet Survey Satellite. Ce nouveau satellite a été mis en orbite en avril dernier et est rentré en service le 25 juillet, comme l’a annoncé la NASA dans un communiqué en date du 27 juillet dernier. Il reprend ainsi les missions jusqu’ici attribuées à Kepler, à savoir la découverte d’exoplanètes potentiellement habitables par l’Homme en scrutant de vastes portions de la voûte céleste. Pour cela, l’appareil possède quatre caméras dotées de capteurs haute résolution de 16,8 Mpx. Les données récoltées sont ensuite envoyées à la Terre pour analyse. La NASA a par ailleurs mis en ligne une vidéo expliquant le fonctionnement du satellite et la façon dont elle récupère les données avant de les envoyer aux équipes de la NASA.

On y apprend que chaque capteur permet d’analyser un secteur sur une largeur de 24°, assez grande pour contenir une constellation entière. Les quatre capteurs combinés permettent donc de couvrir une zone de 96°. Chaque secteur est surveillé pendant 27 jours, avant que TESS ne passe au suivant. Après avoir scanné la surface située au sud de sa position (ce qui prendra environ un an), il passera au secteur plus au Nord. La zone couverte par TESS est estimée à une surface de 85% du ciel, soit 350 fois plus que celle couverte par Kepler. Le télescope ne pourra cependant pas couvrir la zone des pôles : c’est là que la mission James Webb prendra le relais, afin de palier à ce manque et d’étudier en profondeur les exoplanètes potentielles situées dans l’univers.

De nouvelles découvertes

La mission TESS est prévue pour durer deux ans, mais à l’instar de Kepler, il se peut que sa carrière soit prolongée. Ce dernier devait être actif trois ans et demi, et a été finalement mobilisé pendant près de dix ans. Au cours de sa mission, TESS scrutera plus de 200 000 étoiles et devrait découvrir des milliers d’exoplanètes, dont certaines pourraient présenter des configurations similaires à celles de la Terre. Pour cela, les astronomes analyseront l’intensité et la variabilité de la lumière reçue de l’espace grâce aux données envoyées par TESS et pourront ainsi déduire les objets qui gravitent autour d’une étoile, avec leur diamètre, leur orbite et leur masse.

Les premières données seront reçues en août. À titre de comparaison, Kepler a permis de découvrir plusieurs milliers d’exoplanètes et d’observer près de 150 000 étoiles. Cela donne un aperçu des capacités de son successeur ! Après la découverte de systèmes solaires lointains comme Trappist-1, on peut donc s’attendre à d’autres annonces à venir de la part de la NASA. Nous ne manquerons de vous en parler sur ce blog, ou bien dans les colonnes du magazine !

TESS, le nouveau télescope de la NASAhttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/07/nasa-tess.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/07/nasa-tess-300x300.jpgMarionNouvelles TeKnologiesexoplanètes,exploration spatiale,Kepler,NASA,satellite,TESS
L'agence spatiale américaine a mis en place un nouveau programme de découverte des exoplanètes pour succéder à Kepler dans l'exploration de l'espace. Kepler à la retraite TESS est l'acronyme de Transiting Exoplanet Survey Satellite. Ce nouveau satellite a été mis en orbite en avril dernier et est rentré en service le...