C’est une entreprise française qui est à l’origine de ce kit destiné à prévenir la formation de tumeurs. Une avancée importante dans le traitement des cancers parmi les plus mortels.

Une innovation française

C’est à Guéret dans la Creuse que la start-up Carcidiag BioTech a mis au point une technique d’examen basée sur la détection des cellules souches cancéreuses à partir de prélèvements réalisés par biopsie. Vincent Carré, biologiste cofondateur et directeur scientifique de la société, explique :

« Notre système permet, ce qui n’avait jamais été fait jusqu’à aujourd’hui, de marquer les cellules souches cancéreuses, aussi dites cellules initiatrices de tumeurs. C’est la famille de cellules cancéreuses la plus agressive, résistante aux traitements et surtout celle à l’origine des métastases »

Les cellules souches du cancer ont la particularité d’être extrêmement véloces et de pouvoir s’auto-reproduire. On comprend donc aisément l’enjeu qui repose dans la détection et la neutralisation de ces organismes, afin de réduire grandement le risque de développer une tumeur. Pour cela, l’équipe utilise une protéine d’origine végétale, dont le but est de « détecter des sucres à la surface des cellules souches cancéreuses qui sont particuliers ». Cela permet ensuite de déterminer « l’agressivité du cancer à un stade très précoce, ce qui donne une indication précieuse sur le protocole de soins et permettra aux oncologues de mettre en place un traitement ciblé sur mesure » d’après Aurélie Lacroix, biologiste et associée de Vincent Carré. En proposant un traitement adapté, les médecins pourront alors augmenter les chances de rémission du patient, tout en réduisant les effets secondaires liées à des protocoles lourds comme la chimiothérapie ou les rayons.

Un enjeu de santé publique

Le kit vise tout d’abord le cancer colorectal, qui est le plus répandu dans les pays industrialisés. L’équipe ambitionne toutefois de s’attaquer à d’autres pathologies « comme le cancer du sein ou le cancer ORL », ces dernières étant assez répandues et « peuvent avoir un pronostic assez défavorable » pour les patient(e)s. Le produit, bien qu’il n’en soit qu’à la mise sur le marché, pourrait bien être intégré dans les protocoles de soin dans « cinq à six ans » : du moins c’est ce qu’espère la start-up. Le kit a l’avantage de présenter un faible coût au regard des dépenses impliquées lors du traitement d’un cancer : 300€. Des démarches d’homologation ont été entreprises afin que le produit puisse être remboursé par les mutuelles. En attendant, le produit ne sera accessible que sur prescription du professionnel de santé et aux frais du patient.

Petite entreprise deviendra grande

Carcidiag Bio-Tech, composée d’une équipe de six personnes, compte embaucher deux personnes d’ici la fin de cette année afin de lancer la production du kit, tout d’abord en petite quantité et limitée à la région de la Creuse. La start-up ne compte pas s’arrêter là, puisqu’elle vise un développement international en Europe, en Asie ou encore en Amérique du Nord dès 2019. L’entreprise a en effet estimé que le marché possédait un potentiel d’environ 50 000 kits par pays et par an. Un espoir pour les malades et peut-être une avancée non négligeable dans le traitement des différents cancers. Selon la Ligue du Cancer, 149 500 personnes sont décédées d’un cancer en 2015, et on recense rien qu’en France métropolitaine 385 000 nouveaux cas chaque année.

Un kit pour détecter les cellules souches cancéreuseshttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/08/carcidiag-gueret.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/08/carcidiag-gueret-300x300.jpgMarionNouvelles TeKnologiescancer,Carcidiag Bio-Tech,cellules souches,Creuse,détection des cancers,Start-up,traitement des cancers
C'est une entreprise française qui est à l'origine de ce kit destiné à prévenir la formation de tumeurs. Une avancée importante dans le traitement des cancers parmi les plus mortels. Une innovation française C'est à Guéret dans la Creuse que la start-up Carcidiag BioTech a mis au point une technique d'examen...