Cette organisation à but non lucratif néerlandaise se lance à la conquête des océans avec un système de filets transportés par une flotte de navires.

Un rêve devenu réalité

Derrière Ocean Cleanup se cache Boyan Slat, un jeune entrepreneur de 24 ans amoureux de la nature qui s’est mis en tête de récupérer les déchets plastiques laissés par l’Homme dans les océans depuis les années 1950. Pour cela, il a imaginé un système utilisant les courants océaniques afin de ramener les déchets vers la côté pour pouvoir ensuite les récupérer et les recycler. Il se compose de deux bras flottants de 50 kilomètres chacun formant un V et dotés de rideaux qui bloquent le plastique récolté avant que celui-ci ne soit entraîné ailleurs grâce aux courants. Le premier prototype de 100 mètres de long a été testé en Mer du Nord pendant un an, le long de la côte néerlandaise. Le projet a été financé grâce à une collecte de fonds en ligne qui a permis d’obtenir deux millions d’euros en 19 jours.

Débarrasser l’océan du plastique

Boyan Slat a désormais pour ambition de débarrasser l’Océan Pacifique de son énorme agrégat de plastique surnommé GPGP (Great Pacific Garbage Patch, appelé Vortex de déchets du Pacifique Nord) qui s’est formé entre la Californie et Hawaii suite à l’agglomération des déchets plastiques transportés par les courants océaniques. Il s’agit de la plus grande des cinq accumulations de plastique présentes dans les océans. Sa taille est estimée à 1,6 millions de kilomètres carrés, une surface équivalente à trois fois celle de la France.

Avant de se lancer dans cette grande aventure, une nouvelle série d’essais est prévue au large de la Californie pour une durée de deux semaines. Le modèle a été revu pour s’adapter à la grande surface du « continent de plastique » en proposant non plus une seule grande barrière, mais un ensemble de petits systèmes transporté par une flotte de voiliers et de kayaks pour créer un flotteur de 600 mètres de long. Le jeune entrepreneur  déclare à ce sujet :

« La mission principale est de montrer que cela fonctionne, et nous espérons que dans quelques mois les premiers plastiques arriveront dans le port, ce qui signifie que la technologie aura fait ses preuves » […] « Nous pourrons alors commencer à développer une flotte de peut-être 60 de ces systèmes de nettoyage« 

Si le test s’avère concluant, le Maersk Launcher se mettra en route vers le GPGP et espère en vider la moitié en l’espace de cinq ans. Une mission ambitieuse mais qui, si elle réussit, pourrait bien faire grandement avancer la dépollution des mers et océans envahis de déchets en provenance des continents et qui s’y jettent par le biais des cours d’eau. Les 80 000 tonnes de déchets plastiques sont en partie responsables de la mort de dizaines d’animaux marins chaque année, ces derniers se retrouvant pris au piège et finissent par s’y noyer et s’étrangler.

Pensez-vous que ce projet peut porter ses fruits ? Connaissez-vous d’autres initiatives permettant de nettoyer nos mers et océans ? Nous attendons vos avis dans les commentaires.

Ocean Cleanup veut nettoyer les océanshttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/09/ocean-cleanup-barrage.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/09/ocean-cleanup-barrage-300x300.jpgMarionÉKologieBoyen Slat,continent de plastique,GPGP,nettoyage,Ocean Cleanup,océans,plastique,vortex de déchets
Cette organisation à but non lucratif néerlandaise se lance à la conquête des océans avec un système de filets transportés par une flotte de navires. Un rêve devenu réalité Derrière Ocean Cleanup se cache Boyan Slat, un jeune entrepreneur de 24 ans amoureux de la nature qui s'est mis en tête...