Ce robot conçu par des chercheurs d’une université de Floride s’inspire de la méduse commune pour se déplacer et se mouvoir dans des endroits inaccessibles.

Un robot nouvelle génération

La plupart des robots submersibles étant construits en dur, l’exploration des fonds marins avec ces objets n’est pas toujours exempte de défauts. Ces derniers ont en effet la particularité d’être invasifs, perturbant les écosystèmes lors de leur passage, sans mentionner le risque de collision avec les rochers ou les épaves qui peut endommager la coque. Pour remédier à cela, des chercheurs de la Florida University ont conçu un robot mou : il abandonne ainsi sa coque métallique classique par une forme directement inspirée de la méduse commune, Aurelia aurita, dans sa phase larvaire où sa taille réduite lui permet d’accéder à des endroits plus étroits. La ressemblance ne s’arrête pas là, puisque les chercheurs ont également jugé pertinent de s’inspirer des mouvements de l’animal pour ses déplacements. Il est ainsi doté d’un système de propulsion basé sur le battement des tentacules et l’expulsion d’eau par le biais d’une pompe. Ainsi, après le battement des tentacules, le mouvement est accompagné par le rejet de l’eau par les pompes. Ses mouvements sont ainsi naturels et rappellent les mouvements de méduses que l’on peut observer dans la nature.

Petit et furtif

En plus de son format réduit et de son mode de déplacement plus harmonieux, le robot peut également se mouvoir dans des endroits avec un passage étroit, et même plus petit que son diamètre de 21 cm. En utilisant le matériau souple qui constitue ses tentacules et la force de propulsion, le drone peut ainsi se frayer un passage dans des structures à étages auxquelles les submersibles habituels n’ont pas accès. Afin de tester leur robot dans des conditions réelles, des tests ont été effectués au large de la Floride, dans l’Océan Atlantique. Lancé à cinq mètres de profondeur à l’intérieur d’une épave et près de récifs artificiels, le robot a pu faire montre de ses capacités de déplacement dans des milieux restreints.

Mais perfectible

La machine n’est pas en mesure de récolter des données pour le moment : les chercheurs rencontrent en effet des difficultés sur cet aspect à cause des mouvements effectués par le robot. Les à-coups rendent ainsi difficile la prise de son et d’image ainsi que la récolte de données telles que la température ou la salinité de l’eau. Sa ressemblance avec une méduse, qui est une grande force, constitue également un point faible car elle peut se retrouver prise pour un goûter par certains animaux marins ! Il reste donc encore du travail pour que le robot soit parfaitement au point, mais on peut d’ores et déjà saluer l’ingéniosité de ce drone !

Explorer les fonds marins avec un robot-médusehttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/09/robot-meduse-florida-university.jpghttps://k-actus.net/wp-content/uploads/2018/09/robot-meduse-florida-university-300x300.jpgMarionÉKologieaurelia aurita,exploration sous-marine,Florida University,fonds marins,méduse,robot,robot-méduse
Ce robot conçu par des chercheurs d'une université de Floride s'inspire de la méduse commune pour se déplacer et se mouvoir dans des endroits inaccessibles. Un robot nouvelle génération La plupart des robots submersibles étant construits en dur, l'exploration des fonds marins avec ces objets n'est pas toujours exempte de défauts....